TRANSAT

DSC04793

 

De MINDELO (Cap Vert) à SAINT-FRANÇOIS (Guadeloupe)

Partis de Mindelo, île de Sao Vicente, au Cap Vert, le mardi 24 janvier, nous sommes arrivés à Saint-François, île de Grande Terre, en Guadeloupe, le vendredi 10 février, à 3 heures du matin. Nous n’avons pas voulu prendre la « passe » de nuit. A la cape, nous nous sommes laissés porter par le vent. Après 6 heures de « près » serré, l’entrée du lagon s’offre à nous !

 

départ de Mindelo
départ de Mindelo
traversée du chenal
traversée du chenal

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
enfin la Guadeloupe!!!
Terre en vue!
Terre en vue!

 

 

lagon de Saint-François
lagon de Saint-François

 

Conditions de navigation :

– vent : 20/25 nœuds

– vagues : 3 mètres (fréquence courte)

– nébulosité : soleil et nuages

« Grains » réguliers.

Coup de vent : 35 nœuds et plus (non mesurés), jusqu’à 5 mètres de houle

et vagues croisées.

 

le vent, les vagues, la houle
le vent, les vagues, la houle
notre barreur-surfer
notre barreur-surfer
quelques mètres de haut!
quelques mètres de haut!

 

ouahhhhhhhhhhhhh!!!!!!!
ouahhhhhhhhhhhhh!!!!!!!
on va se régaler!
on va se régaler!
une autre dorade
une carangue

 

Bilan de notre éprouvante transatlantique :

2147,93 milles = 3977,97 kilomètres

parcourus principalement à la VOILE ! À la MAIN ! (nous avons barré pendant dix jours)

(6 heures de moteur pour le départ de la marina de Mindelo et l’arrivée au mouillage de Saint-François) : moins de 10 litres de gazoil

Un navire observé, une nuit, sur cette autoroute de l’ouest. Un seul durant cette navigation : étrange, non ??!

La compagnie de nos fidèles amis, les poissons-volants, ainsi que des algues, dont nous ne connaissons pas le nom !

Quelques dégâts matériels dus aux conditions de navigation et au coup de vent :

– Immergé de régulateur cassé et « coulé »

– Coulisseaux de grand-voile brisés

– Voie d’eau

– Fixations de la gazinière arrachées (plus de cuisson possible pendant trois jours).

Durée de notre transatlantique : 16 jours et 21 heures.

 

nos fidèles compagnons
nos fidèles compagnons

défilé d'alguesdéfilé d’algues

quel est son nom?
quel est son nom?

 

 

 

 

 

 

 

 

Très contents d’avoir voyagé en respectant la nature, la mer et ses habitants ! D’être arrivés aux Antilles !

Température de l’eau : 29° ; de l’air (à l’intérieur du bateau) : 33 °

Du soleil et des averses !!!

 

 

 

Vous pourrez visionner prochainement la dernière production de Théo!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

Et vous, comment envisagez-vous vos futurs voyages ?

Y avez-vous réfléchi ? Et surtout, quel moyen de transport pensez-vous utiliser pour vous déplacer ?

A méditer!
A méditer!

 

 

 

DÉPART TRANSAT!

A VOUS TOUS !

Nous larguons les amarres, aujourd’hui, de Mindelo,

vers les Antilles , la Guadeloupe !

2200 milles à parcourir (environ un mois de navigation) ;

donc pas de nouvelle page sur le site d’ici-là.

Amitiés ;

Katherine et tout l’équipage d’Altaïr.

l’ÎLE DE SANTO ANTAO

couverture
Grandeur NATURE!

 

 

Santo Antao, située au nord-ouest de l’archipel, est la seconde île du Cap Vert, à la fois par la taille et par l’altitude de son point culminant, le Tope de Cora (1979 m), tout à l’ouest. Grâce à des précipitations plus abondantes qu’ailleurs, elle a la plus importante production agricole : pommes de terre « ingles », douces, maniocs, ignames, carottes, choux, aubergines, courgettes, tomates, arbre à pains… oranges, citrons, papayes, bananes, pinas, canne à sucre, café,… Différents animaux (canards, oies, poules) sont élevés dans les lits des rivières. Nous pouvons voir également des vaches, des chèvres et des porcs élevés pour le lait et la fabrication de fromages, ainsi que pour la viande à consommer. Les ânes sont utilisés pour les travaux agricoles et le transport de l’eau.

 

DSC04623

DSC04629

DSC04636

DSC04639

DSC04645

DSC04650

DSC04653

DSC04660

DSC04668

DSC04679

DSC04681

DSC04687

DSC04694

 

Santo Antao prétend être la plus belle île de l’archipel. Au nord, elle recèle de profondes vallées (Ribeira Grande, Paùl) spectaculaires. Des forêts de pins, de cyprès et d’eucalyptus embellissent les paysages.

couverture DSC04349 DSC04353 DSC04360 DSC04365 DSC04373 DSC04396 DSC04402 DSC04412 DSC04421 DSC04422 DSC04428 DSC04431 DSC04468 DSC04486 DSC04487 DSC04488 DSC04514 DSC04519 DSC04525 DSC04532 DSC04541 DSC04580 DSC04583 DSC04585

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sud, au contraire, est peu élevé, sec et couvert de broussailles et d’une végétation clairsemée.

DSC04703

 

Porto Novo est le seul port véritable de l’île, où vit la majeure partie des 50 000 habitants.

Nous choisissons d’amarrer Altaïr, à la marina de Mindelo, et de se rendre à Santo Antao, en ferry.

De vraies vacances ! Où nous visitons l’île en aluguers, en marchant et en dormant dans des pensions capverdiennes.

DSC04162 DSC04336 DSC04590 DSC04706 DSC04709

 

 

 

 

 

 

DSC04711

 

Nous nous installons donc dans un minibus, qui traverse l’île par l’ancienne route, pour nous rendre à Ponta Do Sol, en passant à travers des paysages exceptionnels. Excursion enchanteresse, malgré une température un peu basse !!!

DSC04171 DSC04179 DSC04183 DSC04188  DSC04199 DSC04206

 

Ponta Do Sol est un petit village, situé au nord de l’île. Son port miniature, la Boca da Pistola, est utilisé par les pêcheurs locaux. Après la pêche, ils hissent leur barque à terre !

DSC04213 DSC04214 DSC04217 DSC04236 DSC04331 DSC04340

 

De ce village, nous partons à pieds, jusqu’à Fontainhas, petit village perdu dans la montagne.

DSC04243 DSC04254 DSC04255 DSC04259 DSC04274 DSC04296 DSC04299 DSC04302 DSC04307 DSC04311 DSC04327

 

Mais, comment font-ils, les habitants de cette île, pour construire leur maison en parpaings et cultiver leur jardin potager, en escaliers ?

 

(Au Cap Vert, nous devons nous méfier des scolopendres. Ils peuvent être plus ou moins gros ; leur piqûre est douloureuse).

DSC04543 DSC04545

L’ILE DE SAO VICENTE

DSC04155

 

 

La majeure partie des 227 km² de l’île est montagneuse, contrastant avec la péninsule peu élevée de la côte nord-est, et la vaste zone de dunes au sud et à l’est de la baie de Porto Grande, au fond de laquelle se situe Mindelo, la deuxième ville de l’archipel. Le sommet du Monte Verde, 774 mètres, est souvent caché dans les nuages.

L’intégralité de l’île manque d’eau et de végétation. Elle est d’un jaune sable. Presque toute la population vit à Mindelo et dans sa banlieue environnante.

Sao Vicente a été découverte, le 22 janvier 1462, le jour de la Saint-Vincent, d’où son nom.

Inappropriée pour l’agriculture, l’île est restée en grande partie inhabitée, jusqu’en 1838, date à laquelle une station de ravitaillement en charbon pour les premiers bateaux à vapeur transatlantiques fut établie à Mindelo.

A cette époque, la ville devint également un centre névralgique pour la pose de câbles transatlantiques.

 

 

DSC03772

 

 

DSC03848

 

 

DSC03876DSC03886

Altaïr

DSC03968

 

 

DSC04018DSC04020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ancien bâtiment des Douanes, à Mindelo, qui rappelle la célèbre Torre de Belem à Lisbonne, témoigne de l’importance passée du port. Il a été transformé en Musée de la Mer.

 

DSC03871

DSC04021

 

 

Petite balade culturelle de Mindelo!

 

DSC03835Visage de la rue!

DSC03993

 

 

DSC04007

 

Marché municipal

 

 

 

 

 

 

DSC04146Maison de Césaria

 

DSC04150Autre maison de Césaria

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAlliance Française

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa Place Africaine

 

BONNE ANNÉE!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

SANTA LUZIA est une des îles les plus petites du Cap Vert.

Elle possède très peu de végétation et aucun habitant permanent.

Mais des pêcheurs peuvent y rester pendant plus d’une semaine. Ils campent alors dans le village abandonné, sur la côte sud-ouest.

On y trouverait, paraît-il, quelques animaux, dont des ânes, des chèvres et des chiens (ces derniers ont sans doute été apportés par les pêcheurs).

Nos balades nous offrent des décors somptueux, mais sans « âme qui vive ! »… !??

Nous fêtons l’arrivée de la nouvelle année, Altaïr mouillé sur ce petit paradis désertique !

Ce matin, aucun voisin de mouillage : nous sommes seuls sur cet océan, et …

…nous vous souhaitons…

UNE MERVEILLEUSE ANNÉE

Que TOUS VOUS SOUHAITS les plus CHERS se RÉALISENT !

Nos pensées amicales.

PREMIER DE L’AN 2017

ILE DE SAO NICOLAO

dsc03697

 

 

 

Nous avons fait escale sur cette île, pendant trois semaines ; c’est ici que nous avons séjourné trois mois, lors de notre voyage 2013-2014.

Pas de publication de nouvelle page ; je vous invite à découvrir cette partie d’archipel, à travers notre blog.

 

 

 

L’île de Sal et ses salines

 

Sur la côte Est, le petit port de Pedra de Lume constitue un refuge pour quelques barques de pêcheurs.

photo-1

 

Autrefois, il accueillait de grands navires transportant le sel vers l’Afrique et le Brésil.

photo-2

Ce minéral se forme naturellement dans un cratère volcanique.

Aujourd’hui, ce lieu n’est plus exploité pour le sel ; il l’est à des fins touristiques : visite du site, bains d’eau salée, massage, etc.

Une autre saline, au sud de l’île, permet une récolte de sel, pour les capverdiens.

Nous vous proposons une visite de ce lieu, fort en couleurs !

dsc03184 dsc03186 dsc03189 dsc03194 dsc03198 dsc03211 dsc03213 dsc03224 dsc03226 dsc03234 dsc03240 dsc03241 dsc03242

 

 

Traversée Canaries – Cap Vert

Dimanche 27 novembre, 5 Heures : heure locale (il fait nuit!) ; nous « mouillons » l’ancre, dans la petite baie de Palmeira, au nord-ouest de l’île de Sal. Pas de phare sur la côte, quelques lumières que nous réussissons à identifier comme des bouées, des « mini-loupiottes » éclairées à la surface de l’eau…Nous sommes au Cap Vert ! Les parfums et la température le confirment !!!

Une semaine est nécessaire pour nous reposer, nous acclimater et commencer à nous intégrer dans cette population accueillante et chaleureuse !

Sept jours et douze heures nous ont permis de parcourir 79O milles, entre Santa Cruz de Ténérife et Palmeira. Du vent entre 3 et 17 nœuds (quelques rafales jusqu’à 32 nœuds), des vagues et de la houle longue, du soleil, des nuages, des gouttes de pluie !

Durant cette navigation, nous avons reçu plusieurs visites… !

Des dauphins, des dauphins et encore des dauphins ! Un jour, ils sont venus par centaines, jouer avec Altaïr, pendant plus d’une heure. Un merveilleux spectacle, dont on ne se lasse pas !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Des centaines de dauphins

Une tourterelle de Turquie, bien fatiguée, est venue se réfugier, à bord, pendant toute une journée !

Elle n’a pas accepté la nourriture offerte, mais s’est envolée, le lendemain de son arrivée, reposée, dans la direction des îles ( à environ 80 kilomètres de la terre la plus proche).

Des groupes de poissons-volants ont fait leur apparition plusieurs fois.

Un exocet
Un exocet

Un phénomène étrange, s’observant la nuit, nous interpelle : des lumières, apparaissant à la surface de l’eau, par centaines, et disparaissant au petit matin ! Des espèces de flashs lumineux, de quelques secondes et repartant dans les profondeurs de l’océan ! Certainement du plancton phosphorescent, en suspension dans l’eau ! Mais pour quelle raison se présente-t-il sous forme d’amas, dans certains endroits, certaines zones géographiques ?

Nous vous invitons à une recherche collective ; si vous avez une petite idée du nom de ces « créatures », n’hésitez pas à nous la communiquer. Ou si vous avez envie de comprendre avec nous, nous pouvons échanger les résultats de nos investigations. Nous attendons vos suggestions ??!

Et puis n’oublions pas nos amis capturés et non-relâchés… : un thon de 6 kilos et une dorade coryphène de 9 kilos (120 cm).

Thon
Thon
Curry de thon & ses pommes de terre à l'eau de mer
Curry de thon & ses pommes de terre à l’eau de mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dorade coryphène
Dorade coryphène
Dos de dorade rôti au four
Dos de dorade rôti au four

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, samedi 03 décembre, à Palmeira, 12 Heures (heure locale : U.T.C. – 1 heure), la température de l’air est de 31° C. à l’intérieur du bateau ; la température de l’eau est de 26°C. Douze nœuds établis de vent ! Et du soleil !!! Que nous partageons avec vous !

A bientôt de vous lire !

(Vous pouvez consulter les pages de notre blog : voyage 2013-2014 ; Cap-Vert et île de Sal).

Mouillage de Palmeira
Mouillage de Palmeira

Volcans aux Canaries

 

Cet archipel, de sept îles principales et de nombreux petites îles et îlots, se situe au large des côtes nord-africaines. Ses caractéristiques principales se résument en des côtes aux falaises abruptes, des gorges creusées par l’érosion. Elles proviennent d’une activité volcanique récente.

La dernière manifestation est l’éruption de 1971, avec la formation d’un nouveau cratère, le volcan de Teneguia, tout au sud de La Palma.

dsc02209 dsc02210 dsc02223 dsc02233 dsc02260 dsc02262 dsc02264

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est sur cette île que nous décidons d’accoster. En effet, nous l’apprécions particulièrement pour l’accueil chaleureux de ses habitants et de ses paysages particulièrement naturels, la beauté des maisons canariennes, ainsi que leurs balcons. Et puis, elle nous évoque des souvenirs ; en effet, en 2007, nous avons choisi son port principal, Santa Cruz, afin d’y laisser Altaïr en hivernage, pendant quatre mois.

dsc02290 dsc02291 dsc02296 dsc02316

Nous retournons également sur l’île de Tenerife, afin d’aller visiter de nouveau le Teide (3717 m), un gigantesque cône volcanique, au sommet souvent enneigé, point culminant de l’Espagne.

dsc02417 dsc02446 dsc02464 dsc02465

Cette fois-ci, nous sommes séduits aussi par le nord de l’île, ses vallées fertiles, dont celle d’Orotava.

dsc02517 dsc02520 dsc02529 dsc02532 dsc02541 dsc02545