L’ILE DE SAO VICENTE

DSC04155

 

 

La majeure partie des 227 km² de l’île est montagneuse, contrastant avec la péninsule peu élevée de la côte nord-est, et la vaste zone de dunes au sud et à l’est de la baie de Porto Grande, au fond de laquelle se situe Mindelo, la deuxième ville de l’archipel. Le sommet du Monte Verde, 774 mètres, est souvent caché dans les nuages.

L’intégralité de l’île manque d’eau et de végétation. Elle est d’un jaune sable. Presque toute la population vit à Mindelo et dans sa banlieue environnante.

Sao Vicente a été découverte, le 22 janvier 1462, le jour de la Saint-Vincent, d’où son nom.

Inappropriée pour l’agriculture, l’île est restée en grande partie inhabitée, jusqu’en 1838, date à laquelle une station de ravitaillement en charbon pour les premiers bateaux à vapeur transatlantiques fut établie à Mindelo.

A cette époque, la ville devint également un centre névralgique pour la pose de câbles transatlantiques.

 

 

DSC03772

 

 

DSC03848

 

 

DSC03876DSC03886

Altaïr

DSC03968

 

 

DSC04018DSC04020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ancien bâtiment des Douanes, à Mindelo, qui rappelle la célèbre Torre de Belem à Lisbonne, témoigne de l’importance passée du port. Il a été transformé en Musée de la Mer.

 

DSC03871

DSC04021

 

 

Petite balade culturelle de Mindelo!

 

DSC03835Visage de la rue!

DSC03993

 

 

DSC04007

 

Marché municipal

 

 

 

 

 

 

DSC04146Maison de Césaria

 

DSC04150Autre maison de Césaria

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAlliance Française

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa Place Africaine

 

BONNE ANNÉE!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

SANTA LUZIA est une des îles les plus petites du Cap Vert.

Elle possède très peu de végétation et aucun habitant permanent.

Mais des pêcheurs peuvent y rester pendant plus d’une semaine. Ils campent alors dans le village abandonné, sur la côte sud-ouest.

On y trouverait, paraît-il, quelques animaux, dont des ânes, des chèvres et des chiens (ces derniers ont sans doute été apportés par les pêcheurs).

Nos balades nous offrent des décors somptueux, mais sans « âme qui vive ! »… !??

Nous fêtons l’arrivée de la nouvelle année, Altaïr mouillé sur ce petit paradis désertique !

Ce matin, aucun voisin de mouillage : nous sommes seuls sur cet océan, et …

…nous vous souhaitons…

UNE MERVEILLEUSE ANNÉE

Que TOUS VOUS SOUHAITS les plus CHERS se RÉALISENT !

Nos pensées amicales.

PREMIER DE L’AN 2017

ILE DE SAO NICOLAO

dsc03697

 

 

 

Nous avons fait escale sur cette île, pendant trois semaines ; c’est ici que nous avons séjourné trois mois, lors de notre voyage 2013-2014.

Pas de publication de nouvelle page ; je vous invite à découvrir cette partie d’archipel, à travers notre blog.

 

 

 

L’île de Sal et ses salines

 

Sur la côte Est, le petit port de Pedra de Lume constitue un refuge pour quelques barques de pêcheurs.

photo-1

 

Autrefois, il accueillait de grands navires transportant le sel vers l’Afrique et le Brésil.

photo-2

Ce minéral se forme naturellement dans un cratère volcanique.

Aujourd’hui, ce lieu n’est plus exploité pour le sel ; il l’est à des fins touristiques : visite du site, bains d’eau salée, massage, etc.

Une autre saline, au sud de l’île, permet une récolte de sel, pour les capverdiens.

Nous vous proposons une visite de ce lieu, fort en couleurs !

dsc03184 dsc03186 dsc03189 dsc03194 dsc03198 dsc03211 dsc03213 dsc03224 dsc03226 dsc03234 dsc03240 dsc03241 dsc03242

 

 

Traversée Canaries – Cap Vert

Dimanche 27 novembre, 5 Heures : heure locale (il fait nuit!) ; nous « mouillons » l’ancre, dans la petite baie de Palmeira, au nord-ouest de l’île de Sal. Pas de phare sur la côte, quelques lumières que nous réussissons à identifier comme des bouées, des « mini-loupiottes » éclairées à la surface de l’eau…Nous sommes au Cap Vert ! Les parfums et la température le confirment !!!

Une semaine est nécessaire pour nous reposer, nous acclimater et commencer à nous intégrer dans cette population accueillante et chaleureuse !

Sept jours et douze heures nous ont permis de parcourir 79O milles, entre Santa Cruz de Ténérife et Palmeira. Du vent entre 3 et 17 nœuds (quelques rafales jusqu’à 32 nœuds), des vagues et de la houle longue, du soleil, des nuages, des gouttes de pluie !

Durant cette navigation, nous avons reçu plusieurs visites… !

Des dauphins, des dauphins et encore des dauphins ! Un jour, ils sont venus par centaines, jouer avec Altaïr, pendant plus d’une heure. Un merveilleux spectacle, dont on ne se lasse pas !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Des centaines de dauphins

Une tourterelle de Turquie, bien fatiguée, est venue se réfugier, à bord, pendant toute une journée !

Elle n’a pas accepté la nourriture offerte, mais s’est envolée, le lendemain de son arrivée, reposée, dans la direction des îles ( à environ 80 kilomètres de la terre la plus proche).

Des groupes de poissons-volants ont fait leur apparition plusieurs fois.

Un exocet
Un exocet

Un phénomène étrange, s’observant la nuit, nous interpelle : des lumières, apparaissant à la surface de l’eau, par centaines, et disparaissant au petit matin ! Des espèces de flashs lumineux, de quelques secondes et repartant dans les profondeurs de l’océan ! Certainement du plancton phosphorescent, en suspension dans l’eau ! Mais pour quelle raison se présente-t-il sous forme d’amas, dans certains endroits, certaines zones géographiques ?

Nous vous invitons à une recherche collective ; si vous avez une petite idée du nom de ces « créatures », n’hésitez pas à nous la communiquer. Ou si vous avez envie de comprendre avec nous, nous pouvons échanger les résultats de nos investigations. Nous attendons vos suggestions ??!

Et puis n’oublions pas nos amis capturés et non-relâchés… : un thon de 6 kilos et une dorade coryphène de 9 kilos (120 cm).

Thon
Thon
Curry de thon & ses pommes de terre à l'eau de mer
Curry de thon & ses pommes de terre à l’eau de mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dorade coryphène
Dorade coryphène
Dos de dorade rôti au four
Dos de dorade rôti au four

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, samedi 03 décembre, à Palmeira, 12 Heures (heure locale : U.T.C. – 1 heure), la température de l’air est de 31° C. à l’intérieur du bateau ; la température de l’eau est de 26°C. Douze nœuds établis de vent ! Et du soleil !!! Que nous partageons avec vous !

A bientôt de vous lire !

(Vous pouvez consulter les pages de notre blog : voyage 2013-2014 ; Cap-Vert et île de Sal).

Mouillage de Palmeira
Mouillage de Palmeira

Volcans aux Canaries

 

Cet archipel, de sept îles principales et de nombreux petites îles et îlots, se situe au large des côtes nord-africaines. Ses caractéristiques principales se résument en des côtes aux falaises abruptes, des gorges creusées par l’érosion. Elles proviennent d’une activité volcanique récente.

La dernière manifestation est l’éruption de 1971, avec la formation d’un nouveau cratère, le volcan de Teneguia, tout au sud de La Palma.

dsc02209 dsc02210 dsc02223 dsc02233 dsc02260 dsc02262 dsc02264

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est sur cette île que nous décidons d’accoster. En effet, nous l’apprécions particulièrement pour l’accueil chaleureux de ses habitants et de ses paysages particulièrement naturels, la beauté des maisons canariennes, ainsi que leurs balcons. Et puis, elle nous évoque des souvenirs ; en effet, en 2007, nous avons choisi son port principal, Santa Cruz, afin d’y laisser Altaïr en hivernage, pendant quatre mois.

dsc02290 dsc02291 dsc02296 dsc02316

Nous retournons également sur l’île de Tenerife, afin d’aller visiter de nouveau le Teide (3717 m), un gigantesque cône volcanique, au sommet souvent enneigé, point culminant de l’Espagne.

dsc02417 dsc02446 dsc02464 dsc02465

Cette fois-ci, nous sommes séduits aussi par le nord de l’île, ses vallées fertiles, dont celle d’Orotava.

dsc02517 dsc02520 dsc02529 dsc02532 dsc02541 dsc02545

 

Levadas de Madère

Voici une petite explication tirée de WIKIPEDIA

« Une levada est un canal d’irrigation ou un aqueduc au Portugal, les plus connus sont sur l’île portugaise de Madère.

Les levadas furent créées par la nécessité d’acheminer d’importantes quantités d’eau du versant nord-ouest de l’île, plus arrosé, vers le versant sud-est, plus sec mais plus propice à l’habitat et à l’agriculture, telle par exemple la production de canne à sucre. Les Portugais commencèrent à creuser des levadas dès le XVIe siècle. La plus récente fut créée dans les années 1940. Madère est une île montagneuse, et la construction des levadas fut une entreprise difficile, à laquelle furent affectés des esclaves ou des forçats, mais aussi des ouvriers salariés. La plupart suivent le flanc des montagnes, mais des tunnels ont été creusés sur environ 40 kilomètres. Il arrive que sur un même flanc de montagne, une dizaine de levadas se succèdent à différents niveaux. D’autres se croisent par de petits pont-canaux.

Les levadas ne permettent pas seulement l’irrigation mais aussi la production d’électricité d’origine hydraulique. Le réseau d’une longueur totale d’environ 2 150 kilomètres, géré par l’état ou les communes, est actuellement aussi utilisé pour le tourisme: chaque levada est longée par un chemin qui permet son entretien constant.

Épousant les courbes de niveau, ces chemins permettent pour la plupart des randonnées aisées et à plat dans de magnifiques paysages. Certains sont toutefois étroits, ou situés sur des versants abrupts, où les risques de chute pouvant entraîner des blessures ou même la mort sont réels.

L’une des levadas les plus célèbres est la Levada do Caldeirão Verde, prolongée par la Levada Caldeirão do Inferno, avec près de 40 kilomètres de long au total. Les deux permettent une randonnée sur de longues sections, avec le franchissement de tunnels exigeant torches et casques. La Levada do Caniçal est une randonnée plus facile. Elle relie sur une douzaine de kilomètres Maroços au Tunnel Caniçal. Elle est surnommée la levada aux mimosas en raison des nombreux acacias (souvent nommés mimosas) présents sur le parcours. »

Et maintenant les photos de notre séjour :

 

vue-sur-la-montagne

petites-bananes-de-madeira patates-douces oiseaux-du-paradis levada-de-machico levada-et-habitat los-organos maison-typique marche-local levada-de-caldeira-verde levada les-brebis-et-la-vignedes-chevres-aussi habitat-isole  depart culture-en-escalier canne-a-sucre-et-lys-sauvage autre-levada ancien-tunnel

Archipel de Madère 3

P O R T O  S A N T O

P O N T A  D A  C A L H E T A

Les plages de Porto Santo sont uniques grâce à leur sable riche en sédiments carbonatés, composés de coraux, de coquillages et d’oursins. Scientifiquement reconnu pour ses propriétés thérapeutiques, il est utilisé dans les traitements des maladies rhumatismales et de l’os.

L’eau de mer est également intégrée dans les soins de thalassothérapie, en raison des grandes quantités d’éléments dont le chrome et l’iode, substances bienfaisantes pour la santé.

dsc01565

dsc01566

dsc01569 dsc01576 dsc01587 dsc01602

 

Archipel de Madère 2

PORTO SANTO

F E S T I V A L  C O L O M B O

En septembre de chaque année, la ville de Vila Baleira consacre quelques jours au navigateur Christophe Colomb, qui passa par cette île et y vécut pendant plusieurs années.

Les premiers contacts de C. avec Madère eurent lieu en 1478, à l’époque où Funchal se consacrait au commerce du sucre. Mais les liens qui l’unissent étroitement à l’archipel sont issus de son mariage avec Donna Felipa Moniz, fille du premier capitaine donataire de Porto Santo.

Entre 1480 et 1482, Colombo vécut sur ces îles et assista à la naissance de son fils Diego à Porto Santo.

Ce festival commémore le séjour du navigateur dans l’archipel de Madère, ainsi que ses voyages vers le continent américain et l’épopée des Grandes Découvertes.

Ce temps fort est ponctué de spectacles de musique, d’expositions, d’animations de rue et de mises en scène évoquant le moyen-âge. Elle comporte en particulier, une reconstitution de l’arrivée de Colomb et de ses compagnons sur le quai de la ville ainsi qu’un cortège historique.

dsc01300 dsc01311 dsc01314 dsc01339 dsc01344 dsc01359 dsc01375 dsc01398 dsc01400 dsc01402 dsc01420 dsc01423 dsc01455 dsc01457 dsc01469 dsc01475 dsc01476